Il movimento di liberazione delle donne contro la barbarie misogina

Pubblicato: 03/05/2015 in 8 marzo
Tag:, , , ,

FONTE: Solidarité Ouvrière
https://communismeouvrier.wordpress.com/2015/03/04/le-mouvement-de-liberation-des-femmes-contre-la-barbarie-mysogine/

LE MOUVEMENT DE LIBÉRATION DES FEMMES CONTRE LA BARBARIE MYSOGINE
Appel à l’occasion du 8 mars de femmes d’Iran, d’Irak, de Tunisie, d’Egypte et d’Afghanistan

Le 8 mars est la journée internationale des femmes, une journée de protestations à travers le monde contre l’inégalité et les discriminations envers les femmes. Nous sommes des femmes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord et ce texte est notre appel contre la discrimination et la barbarie misogyne. Pour ce 8 mars en particulier, nous devons montrer notre détermination et notre unité contre l’islamisme politique, c’est-à-dire la barbarie des islamistes au pouvoir ou dans l’opposition, les forces criminelles misogynes dans cette partie du monde. Notre appel est donc notre déclaration, notre manifeste, déclarant notre résolution à être la voix du nouveau mouvement de libération des femmes dans les pays de la région et partout dans le monde.

voileIl est pour nous clair que les inégalités et discriminations contre les femmes sont profondément encrées dans le système capitaliste industrialisé et moderne de notre époque. La division basée sur le genre dans la sphère de la production, et en conséquence la discrimination contre les femmes, est un facteur significatif qui garantit les plus hauts profits pour le capital et la subordination des femmes, qui fait de nous la base de la reproduction de ce cercle vicieux. Dans les pays contrôlés ou influencés par les règles islamistes de discriminations contre les femmes, elle se développe et prend un aspect de plus en plus violent. Dans les pays de notre région, les femmes ne sont pas seulement privées du droit fondamental de choisir leur partenaire, de divorcer, avoir la garde des enfants, d’étudier, de travailler, de voyager, ou même de s’amuser et de prendre du bon temps, mais elles sont aussi continuellement et systématiquement soumises à l’humiliation et à la violence sous différentes formes. En Iran par exemple, nous avons vu l’apparition de bandes soutenues par le régime pour jeter de l’acide sur le visage ou poignarder les fesses des femmes qui portent « un hidjab incorrect ». En Turquie, Recep Tayyip Erdogan, le président, prétend se réclamer d’un Islam « moderne et modéré », mais attaque les droits des femmes en déclarant que les femmes ne sont pas les égales des hommes. En Arabie Saoudite, les femmes doivent même lutter pour conduire une voiture. Au Pakistan et en Afghanistan, vendre des jeunes filles pour le mariage est courant et de facto légal, alors que leur éducation est l’enjeu d’une véritable guerre. Au Nigeria, en Syrie et en Irak, les bandes meurtrières de Boko Hara et de Daesh enlèvent, violent et vendent des filles comme esclaves. En Egypte, en Inde et au Pakistan, la presse rapporte régulièrement des viols collectifs contre des femmes. En deux mots, les organisations islamistes criminelles comme Daesh en Irak et en Syrie, Al-Qaeda et les Talibans au Pakistan et en Afghanistan, Boko Hara au Nigeria et les « lanceurs d’acide » en Iran ont fait passé la violence contre les femmes au stade du crime organisé contre les femmes.

Il faut mettre fin à la barbarie contre les femmes, quelque soit sa forme !

Face à ces crimes, pourtant, se lève un mouvement pour la libération des femmes et pour la liberté. A ce jour, ce mouvement s’est fait entendre avec le plus de vigueur avec le puissant mouvement contre le voile obligatoire en Iran ; en Egypte et en Tunisie, à la fois en chassant les Frères Musulmans du pouvoir d’Etat, et en jouant un rôle fondamental dans la révolution ; et en Turquie par la puissante lutte de la population, hommes et femmes, contre les tentative du soi-disant « Islam modéré » d’imposer des lois anti-femmes. De plus, ce mouvement se lève et résiste aux groupes islamistes mortifères en Egypte, en Tunisie et en Iran par des protestations nues, et des slogans comme « la femme n’est l’honneur de personne », « la femme n’est l’esclave sexuel de personne », etc.

Nous, sous-signées, nous considérons comme appartenant à ce mouvement qui se développe actuellement dans tout le Moyen-Orient et dans toute l’Afrique du Nord. C’est fondamentalement un mouvement sur une base de classe qui se lève contre la pourriture du capitalisme de notre temps et toute sa crasse. C’est un mouvement de femmes qui, promettant la liberté et l’humanité au monde entier, a déjà donné un caractère féminin aux révolutions dans cette partie du monde. C’est un mouvement laïque pour la liberté et l’égalité qui se dresse contre les forces terroristes islamistes ainsi que contre les politiques militaristes et terroristes des puissances occidentales et des Etats-Unis d’Amérique. Seul un tel mouvement est capable d’en finir avec le terrorisme islamiste et ses groupes barbares comme Al-Qaeda, Daesh, Al-Nosra, etc.

Nous, en tant que partie intégrante de ce mouvement, accusons fermement à l’occasion de ce 8 mars les groupes islamistes et leurs crimes tant dans la région que dans le monde. Nous demandons la séparation complète de la religion et de l’Etat, de la religion et du système éducatif et donc de la religion et de toutes les sphères de la vie publique. Nous considérons que ce sera une étape fondamentale vers la libération et l’égalité pour les femmes. Nous demandons l’égalité totale entre les hommes et les femmes dans toutes les sphères économiques, politiques, sociales et culturelles.

 

Nous appelons toutes les amoureuses et tous les amoureux de la liberté à nous aider à promouvoir notre mouvement et à signer notre manifeste.

Vive le 8 mars, journée internationale de revendications pour la liberté et l’égalité !

– Shahla Daneshfar (Iran)

– Torkia Chaibi (Tunisie)

– Hoda Kamel (Egypte)

– Nashwa Zain (Egypte)

– Mona Ezzan (Egypte)

– Mina Ahadi (Iran)

– Afsaneh Vahdan (Iran)

– Shiva Mahbobi (Iran)

– Kazem Nik-khah (Iran)

– Mahin Alipour (Iran)

– Hatam Lavini (Tunisie)

– Farideh Arman (Iran)

– Sonia Charbti (Tunisie)

– Imen Blibech (Tunisie)

– Randa Fhoula (Tunisie)

– Mebran Mahbobi (Iran)

– Sili Ghafar (Afghanistan)

– Fozieh Kofi (Afghanistan)

– Nilofar Ebrahimi (Afghanistan)

– Zahra Musavi (Afghanistan)

– Sargol Ahmad (Irak)

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...